1_edited.jpg

Résumé :

          Les services interurbains par autocar connaissent un développement fulgurant. En effet, certains pays ont fait sauter le verrou juridique qui régulait le secteur du transport interurbain en levant l’exclusivité qui, jusque-là, n’appartenait qu’à quelques modes de transport (ferroviaire, aérien, etc.).


             L’Allemagne et la France à titre d’exemple ont respectivement en 2013 et en 2015 procédé à une libéralisation du secteur de transport interurbain par autocar. De cette libéralisation, s’est suivi logiquement un foisonnement et une croissance rapide des sociétés d’autocars.
Même si la Belgique n’a pas encore enjambé le pas de la libéralisation de ce marché, Bruxelles “subit” cette réalité de développement des autocars longues distances de plein fouet, car elle se trouve en plein cœur du flux européen : entre la France, les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Angleterre.


      Pour faire face aux différents défis engendrés, l’agglomération Bruxelloise doit alors développer un ensemble d’infrastructures pour une meilleure gestion de ce flux de transport, en plus d’un accueil adapté des autocars et ses usagers. L’enjeu le plus déterminant est le choix d’un site propice à l’implantation d’une gare routière internationale qui respecte un ensemble de critères destinés à répondre de manière efficace aux besoins des usagers d’autocar, sans que celle-ci ne soit génératrices de nouveaux types de problèmes urbains.


            Entre les réticences de certains acteurs municipaux quant au choix du site, les questions de financement et les conflits relatifs à la désignation des responsabilités dans le cadre de l’absence d'une gare routière adéquate, les autorités doivent faire preuve d’un arbitrage minutieux pour concrétiser ce projet considéré comme une nouvelle entrée de ville.


                       « Aujourd'hui les portes de villes sont au centre, ce sont les gares. » Le Corbusier, Urbanisme.
                   Nous avons, de bout en bout, suivi quelques étapes du processus de mise sur pied d’un tel projet. Nous avons ensuite tenté d’analyser l’évaluation de différents sites potentiels. Enfin, nous avons confronté les arguments pour définir le site qui, selon nous, semble être le plus adéquat. Ce mémoire est une explicitation de notre démarche méthodologique, à l’issue de laquelle nous avons approuvé un site d’implantation et esquissé quelques suggestions urbanistiques.

© 2020    YOUNES  LAKHLIFI  |   TVA :  BE 0747 747 561    |   YL Architecte | Tous droits réservés